Distance entre éoliennes et habitations : la nouvelle règle « 10H » en Bavière

A quand l’application de cette règle en France ?

 

Préambule

  • Les éoliennes industrielles actuellement en projet ont une hauteur totale en bout de pale de 200 m, voire plus (207 m pour le projet de la vallée de Joux en Suisse).
  • Les émissions d’infrasons sont de plus en plus importantes du fait de la grande dimension des pales.
  • L’Académie de médecine française avait recommandé en 2006 une distance de protection de 1500 m. Aujourd’hui, cette distance n’est plus adaptée car la taille des machines n’a eu de cesse d’augmenter depuis cette date.
La règle 10H en Bavière28 décembre 2014Allemagne

Distance entre éoliennes et habitations : la nouvelle règle 10H protège les riverains en Bavière

Les éoliennes étant toujours plus hautes, la distance de protection devient proportionnelle à la hauteur totale des éoliennes.

Il ne faut pas seulement servir les intérêts de ceux qui souhaitent installer des éoliennes, mais également ceux des riverains concernés.

Otmar Bernhard, député CSU

Extrait de l’émission Länderspiegel de ZDF du 6 déc. 2014 :

Sous-titres en français par Friends against wind – Vidéo également disponible sur notre chaîne YouTube
Source : ZDF MediathekHorst Seehofer

Les nouvelles éoliennes en projet en Bavière font 200 m de haut. Pour mieux protéger les riverains, elles seront donc dorénavant implantées à au moins 10 × 200 m = 2 km des habitations.

Cela aura forcément pour conséquence de limiter le nombre d’implantations d’éoliennes, mais comme l’a déjà déclaré le Ministre-président Horst Seehofer :

Je ne laisserai pas miter ces merveilleux paysages et cette nature de Bavière
avec des asperges.

La règle 10H

La règle 10H a été votée le 12 novembre et est entrée en vigueur le 21 novembre 2014 dans l’État libre de Bavière.

Elle a le mérite de tenir compte de l’évolution technologique des éoliennes industrielles qui sont toujours plus hautes et qui émettent toujours plus d’infrasons. Même si les riverains ne seront pas suffisamment protégés des infrasons qui se propagent à des distances supérieures à 2 km, on ne peut que saluer une telle avancée !

La règle 10H est une étape importante pour la protection des êtres humains. Et indirectement elle protège aussi la nature, car s’il y a des distances par rapport aux habitations, la nature, dans ces zones interdites aux éoliennes, s’y trouve automatiquement protégée.

Melanie Suckfüll, présidente de l’ass. Verein zum Schutz der Wadlhauser Gräben

Sécurité renforcée en cas d’accident

La règle 10H renforce la sécurité publique en cas d’accident. En effet, les lois élémentaires de la balistique nous enseignent que la distance de projection de débris de pale peut atteindre, dans le pire des cas, la distance de 10H.

« L’éjection en extrémité de pale est comparable à la balistique d’une pierre ou d’un projectile lancé par une fronde dont le centre serait l’axe du rotor et le rayon la longueur de la pale de l’aérogénérateur. »*

Par exemple, dans le cas d’une éolienne de 125 m de haut :

Source du schéma : voir * ci-dessous

La portée est de 1000 m et le rebond d’environ 300 m, soit une distance totale d’environ 10H.

* Source : Annexe II de l’étude La sécurité publique des centrales éoliennes industrielles rédigée par les trois ingénieurs Jean-Pierre Abalain, Jean-Yves Chazal et Bernard Schumpp.

La règle 10H en Bavière

Sommes-nous enfumés par les éoliennes géantes ?

Un article très intéressant de Feu Jean Germain, Sénateur (PS) d’Indre-et-Loire et Vice-président de la commission des finances du Sénat.

 

Sommes-nous enfumés par les éoliennes géantes ?

Par feu Jean Germain, Sénateur (PS) d’Indre-et-Loire et Vice-président de la commission des finances du Sénat.

Jean Germain

Les éoliennes géantes, en tant que source d’énergie propre, pose deux obstacles : elles fonctionnent de manière intermittente ; elles sont chères.

Alors que la première difficulté devrait conduire à en faire un usage raisonné correspondant à des besoins spécifiques, donc à implanter les éoliennes industrielles uniquement en lien avec une activité qui peut se satisfaire d’une fourniture intermittente d’électricité, la question s’est focalisée sur l’obstacle financier présenté comme un défi.

Il a été avancé qu’il fallait faire preuve de volontarisme. En soi, cette approche n’est pas incompatible avec une approche raisonnée. Mais l’arrivée massive de subventions, à travers un tarif de rachat obligatoire financé par les factures d’électricité, a conduit à évacuer la réflexion sur la pertinence de l’implantation des éoliennes. Une forme de productivisme, consistant à vouloir implanter le plus possible d’éoliennes industrielles, est devenue une fin en soi. Cette démarche est défendue par des lobbyistes hauts de gamme qui cajolent les pouvoirs publics et que s’offrent les promoteurs éoliens grâce à la manne financière dirigée vers eux et aux seules fins de la conserver le plus longtemps possible. La contrepartie qu’ils offrent est-elle réellement examinée ? Elle consiste en des mots : bonne conscience de faire reculer le nucléaire ou d’agir pour le climat, emplois créés, fiscalité mise au service du monde rural.

Alors qu’une analyse plus poussée montre que nombre de promoteurs éoliens sont liés à des sociétés pratiquant la spéculation immobilière ou à des entreprises de transport routier, et que la préoccupation du profit écrase complètement le souci de l’environnement, il est malheureux que le parlement ne se saisisse pas plus des alertes qui sont lancées par des associations, des chercheurs, des médecins mais aussi par la Cour des comptes ou le service interministériel de prévention de la corruption.

Il faut reconnaître que la réflexion et l’analyse semblent presque rabat-joie quand on considère un certain discours d’opinion qui n’a même plus besoin d’être formulé : l’éolien est posé comme une évidence, les images des éoliennes servent à illustrer tout article, tout sujet grand public, sur les énergies renouvelables voire sur les énergies tout court. Les éoliennes sont plus évocatrices qu’une image de laine de verre ou de double vitrage. Même le site Internet du Sénat utilise un pictogramme représentant une éolienne pour conduire à la page présentant les textes relatifs à l’énergie.

Mais est-on si certain que les gens y soient favorables ? La somme des opinions individuelles dans la population est-elle à l’unisson de l’opinion générale supposée ? Un temps, un sondage a été avancé pour montrer qu’une grande partie de la population accepterait l’implantation d’éoliennes près de chez elle. Mais, alors que, par définition, la masse citadine des personnes sondées n’était pas concernée par l’objet de l’enquête, l’acharnement du lobby éolien à obtenir des « simplifications » juridiques limitant le plus possible les recours dont il dénonce la quantité, tout comme son insistance à se voir transférer l’élaboration des décisions le concernant, est un bon révélateur du rejet réel que suscitent les éoliennes industrielles.

Il est urgent de se saisir de cette question et de ne pas se laisser bercer par les discours bien rodés des professionnels de la communication qui viennent dénoncer les blocages administratifs de notre pays « que tout le monde connaît bien et qui empêchent la croissance » ou réclamer « l’indispensable sécurisation des investissements », à l’occasion de l’examen du projet de loi sur la transition énergétique.

Trois raisons peuvent être facilement avancées pour interroger le système actuel.

1. Le retour de l’expérience allemande montre qu’au niveau global, les éoliennes industrielles ne constituent pas une source d’énergie de substitution.

Les Allemands ont voulu fermer leurs centrales nucléaires mais les éoliennes, qui ne fonctionnent en moyenne qu’un quart du temps et pas quand on le souhaite ni quand on s’y attend, sont inaptes à les remplacer. Alors les Allemands, conscients qu’ils devaient avoir une capacité de production d’électricité à même d’alimenter leur pays sans l’apport d’aucune éolienne, en période de pointe comme en période normale, ont relancé les centrales à énergie fossile. Aujourd’hui, ils polluent le centre et l’est de l’Europe. Il faut cesser d’aller trop loin dans l’impasse.

Du point de vue de l’utilité, ces éoliennes industrielles ont toutes les caractéristiques de ce que l’on appelle un gadget. Mais alors que le gadget est plutôt associé à l’image d’un objet qui tient dans la main et que l’on place sur une étagère ou sur un bureau, l’idée ne vient pas spontanément d’associer à ce concept des constructions visibles à des kilomètres à la ronde, qui pèsent des centaines de tonnes et dont le coût d’installation représente, pour chacune, l’équivalent de plusieurs années de budget d’une commune rurale.

En même temps, il faut avoir à l’esprit que non seulement les éoliennes telles que déployées aujourd’hui s’avèrent inutiles comme énergie de substitution, mais que, comme elles sont censées avoir des effets écologiques, l’exploitation des éoliennes s’accompagne de l’obtention de certificats donnant des droits à polluer par ailleurs. Des holdings financières l’ont bien vu, qui sont présentes sur ce secteur.

Cela ne figure pas dans les plaquettes avantageuses qui présentent les éoliennes sur de jolis fonds bucoliques, au milieu des enfants et des vaches, ou sur de sympathiques dessins aux couleurs pastelles qui agrémentent des documents de travail.

2. Les éoliennes industrielles consomment énormément d’espace en terme de pollution visuelle et sonore. Sans compter l’enfouissement à jamais, à moins de deux mètres, de milliers de tonnes de béton qui sont coulés en bloc pour constituer les socles destinés à soutenir des éoliennes, c’est à dire des générateurs que font tourner des pales de six à huit tonnes chacune à plus cent mètres de haut.

La faiblesse de notre législation est aberrante, qui n’impose qu’une distance de cinq cents mètres des habitations, là où d’autres pays exigent au moins un kilomètre et demi et où les médecins demandent que plusieurs kilomètres séparent les maisons des éoliennes industrielles. Localement, le argumentaires des représentants de commerce d’une « technologie innovante » est toujours le même, bien rodé : avec cinq cents mètres, la loi est respectée et les prochaines éoliennes à installer seront plus performantes et moins bruyantes que celles de la génération précédente. L’expérience montre la fausseté de ces arguments. Ce qui évolue dans le temps, c’est la taille de ces engins, toujours plus hauts. L’UNESCO a menacé de déclasser le Mont-Saint-Michel si des éoliennes industrielles étaient implantées à moins de vingt kilomètres. Personne ne cherche à acheter une maison qui serait proche d’une éolienne. Des décotes très importantes sont observées, traduisant la diminution de la qualité de vie. Est-il apocalyptique d’imaginer que demain des demandes de permis d’exploiter des gaz de schiste sur ces mêmes terrains seront justifiées par le fait qu’ils sont déjà « sacrifiés » ?

Quand il n’y a pas de site classé, aucune réglementation sérieuse ne protège les campagnes contre l’invasion des éoliennes géantes. Faut-il que les paysages ruraux qui ne sont pas classés se transforment pour leurs habitants en territoires où il devient infernal de vivre, dans une ambiance de friche industrielle ou de bord d’autoroute ? Voir une éolienne quelques secondes depuis sa voiture ou une heure le temps d’une inauguration, ce n’est pas la même chose que de vivre à proximité toute la journée et toute la nuit, toute l’année, pendant des années. Le milieu rural apporte une qualité de vie incomparable. Ceux qui se plaignent de ses handicaps, sont les premiers à le reconnaître.

De plus, le tourisme est souvent un moteur de l’économie locale et assure une indispensable diversité de revenus. Si les premières éoliennes ont pu susciter la curiosité au début, ce temps est révolu. Qui s’intéresserait à la Tour Eiffel s’il y en avait partout ? Au contraire, quels sont parmi les urbains ou les périurbains, ultra majoritaires dans notre pays, ceux qui iront se détendre en face des éoliennes ? Les éoliennes pénalisent fortement le monde rural et le monde urbain dans leur relation de complémentarité qui doit être au contraire développée.

Le rapport rendu par le sénateur Alain Bertrand au début de l’été 2014 le rappelait et le Président de la République, lors de ses vœux consacrés à la ruralité, le 17 janvier 2015, à Tulle, le confirmait. A cet égard, il est intéressant de noter qu’il y a parlé de la nécessité de développer les énergies renouvelables et a évoqué, prenant son département en exemple, le photovoltaïque et les barrages hydroélectriques, mais qu’il s’est bien gardé de revendiquer les éoliennes alors que plus de deux cents y sont en projet dans les cartons des promoteurs qui invoquent le fait qu’il n’y en a qu’une dizaine d’implantées. S’il pensait que l’éolien est une bonne chose, l’aurait-il passé sous silence ?

Afin que des éoliennes aient une certaine utilité pour contribuer à la satisfaction des besoins courants des ménages et des entreprises en électricité, il en faudrait un nombre gigantesque, comme on peut en observer dans désert algérien ou dans le désert américain, ou les placer dans des endroits régulièrement ventés et par ailleurs non peuplés comme dans le sud de la France. Où, en France, en répartir le nombre jamais suffisant ? Qui peut sérieusement imaginer couvrir tout notre pays verdoyant, dont le caractère des paysages a fait naître plus d’une vocation écologiste, avec ces engins à côté desquelles les lignes à haute tension, qu’ils n’empêchent pas, paraissent des insectes ?

On pourrait aussi parler des routes et de carrefours disproportionnés mais indispensables pour faire passer les engins spéciaux acheminant les éléments gigantesques des éoliennes, afin de les livrer, de les réparer ou de les démanteler. Sans compter, les tranchées nécessaires aux raccordements. A cet égard, on a pu voir récemment un conseil général, la Creuse, affronter ERDF au tribunal administratif, autour de la question de savoir jusqu’à quel point ce dernier, qui subit l’obligation de raccorder les éoliennes, doit aussi remettre tous les lieux en état. Il y a là des contradictions flagrantes avec tous les efforts faits par ailleurs.

La physionomie de notre pays est cause. Or, à l’heure actuelle, l’Etat n’a aucune vision globale des projets en cours et se préoccupe juste, dans le projet de loi de transition énergétique, de recenser les parcs éoliens existant.

3. Un énorme gaspillage d’argent est constaté. Peut-on se le permettre ? Il y a un an, la Cour de Justice de l’Union européenne, interrogée par le Conseil d’Etat, a vu dans le tarif d’achat obligatoire dont bénéficient les éoliennes des aides publiques puisque ce qui est prélevé sur les factures l’est à la demande de la puissance publique et est affecté selon sa volonté. Il a fallu beaucoup de contorsions juridiques pour que la commission européenne ne demande pas le remboursement des aides versées depuis quinze ans au secteur éolien : la raison de fond n’était pas juridique mais tenait à l’impossibilité matérielle de revenir en arrière. Est-ce une raison pour continuer dans l’erreur ?

La Cour des comptes s’est émue de ce gaspillage et des rentes non justifiées qu’il procure à certains. A ce stade, il faut aussi noter que les éoliennes sont pour la plupart importées, notamment de Chine, et que les arguments de l’emploi créé en France nécessitent d’être vérifiés de près. Nous construisons des pièces d’éoliennes, et nous pourrions toujours les fabriquer pour des éoliennes à installer dans le désert. La réalité est que ce secteur creuse le déficit commercial et que localement un parc éolien ne créé pas un seul emploi. Il y quand-même quelques réparateurs qui vont de parcs en parcs, car les engins paraissent tomber souvent en panne : mais alors que les commerciaux exposent aux élus qu’il y a là un gisement d’emplois, les élus ont-ils la curiosité de regarder ce que les commerciaux disent aux investisseurs à appâter ? Ils leur expliquent l’inverse, que le perfectionnement incessant des machines permettra de limiter le recours à des réparateurs et de faire des économies rendant le placement plus rentable. Il est aussi avancé aux élus locaux que les investissements nécessités par la pause des éoliennes créé des emplois au moins pendant un certain temps. Mais pourquoi ne pas investir directement dans des travaux utiles, modernisant réellement le pays et favorisant pour le monde rural et périurbain la qualité de vie, les services et le tissu de PME ? L’aberration des éoliennes rappelle la nécessité de repenser l’investissement local comme la manière d’assurer les ressources nécessaires des collectivités territoriales.

L’inutilité globale des éoliennes à lutter contre le réchauffement climatique ou à aider à fermer des centrales nucléaires n’est pas aussi spontanément perceptible que l’inutilité d’une autoroute sur laquelle ne circuleraient que quelques cyclistes. Pourtant, que ne dirait-on pas si des bouts d’autoroutes inutilisées étaient construits un peu partout au motif que les promoteurs sont subventionnés pour les construire et qu’à tout prendre l’usage du vélo est ainsi favorisé ?

Au-delà du gaspillage d’argent qui pourrait être restitué aux ménages ou consacré à l’investissement dans les infrastructures ou dans le soutien et la recherche sur de réelles énergies renouvelables, c’est-à-dire efficaces, on assiste à la réunion de conditions qui enfantent des logiques quasi-mafieuses : des promoteurs construisent des équipements qu’ils savent inutiles pour toucher des subventions, recyclent une partie de la manne pour créer des écrans de fumée et assurent localement le système par le clientélisme. L’opacité est reine. Utilisant les vides juridiques qu’ils ont réclamés, les promoteurs et leurs agents commerciaux exploitent la pauvreté des territoires ruraux et de leurs populations pour « enrôler » les propriétaires de terrains attirés par l’appât de quelques milliers d’euros de loyers et les monter contre ceux qui n’en veulent pas. Parmi ces propriétaires séduits, on compte de nombreux élus locaux. Le service central de répression de la corruption s’est ému très clairement dans son dernier rapport de la multiplication des situations de conflit d’intérêt et alerte sur un phénomène massif.

De plus, ce service interministériel présidé par un magistrat a invité les pouvoirs publics à s’interroger sur ce qu’il appelle les « chartes d’étroite collaboration » que les promoteurs et les commerciaux font voter par des conseils municipaux totalement désarmés juridiquement pour évaluer les enjeux des engagements qu’ils prennent. L’effet de ces délibérations est de verrouiller le débat en obtenant un consentement préalable et juridiquement irrévocable des élus. On est très loin de la démocratie de proximité. Ces engagements sont ensuite utilisés pour peser sur les décisions des services de l’Etat et influencer les propriétaires fonciers. Quel n’est pas alors le désarroi de certains élus à qui les promoteurs ont fait croire que l’implantation d’éoliennes relevait pratiquement une délégation de service public, puisque couvert par la loi, lorsque les mêmes promoteurs leur demandent d’opposer le caractère privé des projets à ceux qui viennent s’en plaindre.

Outre une certaine peur du ridicule s’ils reviennent sur leur position, les élus ruraux se trouvent donc pris entre la crainte d’être attaqués en justice par le promoteur s’ils se ravisent et l’angoisse de voir leurs administrés, où ceux des communes alentour, les dénoncer pour prise illégale d’intérêt. L’information sur ces pratiques a fini par circuler entre les associations qui se multiplient, tout comme l’information sur la manière de stopper grâce au pénal ce qu’on ne peut plus contrer au civil ou devant le tribunal administratif. C’est en effet le moyen qui leur reste pour arrêter des projets puisque le lobby éolien a obtenu il y a deux ans la suppression, portée par Delphine Batho, alors ministre de l’environnement, du dispositif des « zones de développement éolien » (ZDE). Ce dispositif consistait à conditionner les subventions aux éoliennes aux résultats d’études sur les vents et sur l’acceptabilité des projets, à partir de concertations préalables orientées par le souci d’aménagement du territoire et l’évitement du mitage anarchique. Les promoteurs et les commerciaux s’abritent maintenant derrière le respect des schémas régionaux éoliens qui sont opposables. Mais, ces documents sont beaucoup moins précis, plus approximatifs, notamment parce qu’il était entendu qu’ils devaient seulement défricher le terrain pour les ZDE qui, elles, devaient les préciser.

Les ZDE déjà validées devaient être respectées après le changement de loi. Les études avaient coûté cher aux collectivités. Certaines ZDE étaient sur le point d’être validées et, donc, juridiquement les promoteurs n’étaient plus obligés d’en tenir compte depuis la nouvelle loi. De fait, des promoteurs ont pu présenter des projets dans des zones identifiées comme non favorables à l’occasion des études devant aboutir aux ZDE. D’ailleurs, le lobby s’en vante quand il souligne la levée des « contraintes » depuis 2013. C’est cela qu’il faut lire derrière la « clarification du dispositif réglementaire » et les « dispositions économiques plus favorables » qu’il se félicite d’avoir obtenues.

Si l’information généraliste pour le grand public sur l’énergie utilise l’image des éoliennes, la presse quotidienne régionale abonde désormais chaque semaine d’articles dénonçant l’arnaque que représentent les éoliennes, la dégradation des territoires et les déchirements des populations. Des mats de mesure évalués à des dizaines de milliers d’euros sont abattus, des menaces sont reçues aussi bien par des associations opposées aux éoliennes que par des bureaux d’études chargés de préparer leurs implantations. L’échauffement des esprits met à mal l’ordre public. Le sujet transcende les clivages politiques. Un reportage sur les manipulations des élus diffusé dans le journal télévisé de France 2 de 20h en octobre dernier a également été très remarqué. Les élus ne comprennent donc plus ce qui se passe et attendent du gouvernement et des parlementaires que la loi indique clairement ce qui est souhaitable et les mettent à l’abri de faire de faux pas. Le Sénat, représentant des collectivités territoriales, est l’institution vers laquelle ils tournent leur regard.

La réalité est qu’en matière d’éoliennes industrielles, élus comme particuliers sont moins bien protégés par la loi que ne l’est le consommateur par le code de la consommation qui impose aux professionnels un devoir d’information, de mise en garde ou de conseil afin d’éviter l’emballement. Et en fait de professionnels, il s’agit dans le secteur de l’éolien de sociétés adossées à des multinationales ou de multinationales elles-mêmes. Le rapport de force est-il si équilibré et les enjeux si négligeables qu’une protection législative conséquente est à ce point superflue ? Un petit propriétaire foncier à qui on a fait signer une promesse de bail, souvent contre rémunération, avec la promesse de toucher de gros loyers, ne risque pas de se faire une opinion objective en sept jours sur les nuisances qu’il cause à des kilomètres à la ronde et de se rétracter dans le délai de droit commun.

Il faut encore noter que l’obligation d’achat de l’électricité éolienne désorganise le marché de gros de l’électricité. Dès lors qu’il convient de maintenir en service les mêmes capacités de production qu’il y ait ou non des éoliennes, les sommes qui servent à acheter l’électricité éolienne sont autant de sommes qui manquent pour mieux entretenir et moderniser les réseaux et des capacités production classiques et pourtant indispensables afin de garantir la fiabilité de l’approvisionnement de chacun. Peut-on se permettre de créer les conditions économiques de la négligence ?

Il conviendrait d’inverser la logique. Au lieu d’aider l’éolien par principe, avec l’obligation d’achat, le tarif de rachat ou des compléments au prix du marché, il ne faut le favoriser que si les projets ont une utilité avérée, c’est-à-dire s’ils permettent effectivement de se passer du nucléaire ou des énergies fossiles pour certains usages, comme le pompage ou des industries spécifiques, que s’il répond aux raisons pour lesquelles on a spontanément envie de le soutenir, que si les éoliennes ne viennent pas dénaturer un site où vivent et passent des gens. Ce serait vraiment écologique. Plusieurs solutions existent, comme un exercice par l’Etat de ses responsabilités en matière d’aménagement du territoire, soit directement, soit en posant des règles très scrupuleuses.

Au Sénat, le 29 janvier 2015

 » Les Astérix de l’éolien en Périgord…L’éolien face aux croquants… « 

En Dordogne, la redoutable et efficace opposition des anti-éoliennes

Aucune éolienne n’a encore vu le jour dans le département périgourdin. L’opposition a la singularité d’être particulièrement structurée. Ce qui la rend redoutable.

Article paru dans Sud Ouest le 30-08-17.

 » Les Astérix de l’éolien en Périgord »
 » L’éolien face aux croquants « 
 » En Dordogne, la redoutable et efficace opposition des anti-éoliennes « 
Aucune éolienne n’a encore vu le jour dans le département périgourdin. L’opposition a la singularité d’être particulièrement structurée. Ce qui le rend redoutable.
Le Périgord, ce beau département où les développeurs de projets éoliens continuent de se casser les dents. Bien implantées en Charente-Maritime, ils affrontent en Dordogne une résistance qui, de l’aveu d’une des chefs de projets, est l’une des plus virulentes rencontrées par son entreprise, présente dans une douzaine de départements.
 » L’exception périgourdine »
« Il faut une exception périgourdine », martèle Thierry Bonne, président d’Asso 3D et coordinateur de collectif. « Du jour où on aura quelques éoliennes, on ne pourra plus empêcher d’autres projets de se monter ».
Lui et ses soutiens détestent être présentés comme des « anti-éoliens », préférant se définir comme des « pro-Périgord ». « Ces projets gigantesques sont en contradiction totale avec notre économie du tourisme qui serait mise en péril par leur aboutissement. Et il existe d’autres énergies renouvelables adaptées au Périgord que nous défendons », défend le collectif, convaincu qu’il n’existe pas ici une parcelle profitant du potentiel nécessaire.
 » On peut opposer n’importe quel argument, de toute façon, on reste les grands méchants « , se désole Cristina Robin travaillant pour ABO Wind.  » L’opposition peut être enrichissante lorsqu’elle permet de soulever des interrogations légitimes, de trouver des compromis. Là, elle est devenue systématique et de fait, contre-productive. « 
L’opposition a embrassé la stratégie de Jomini : frapper fort et vite. Dès qu’un Conseil municipal adopte une délibération autorisant une étude de faisabilité, une forte mobilisation s’applique à pousser les élus au rétropédalage. Ce fut le cas cet hiver dans le Thénonnais. A Azerat, l’assemblée communale avait, sans penser à mal, entrouvert la porte à la collecte de mesures. Elle a fini par opérer une marche arrière, tant les tensions minaient la vie de ce village de 450 habitants. Pas question de semer la zizanie pour deux ou trois aérogénérateurs. Théolia France n’avait pas insisté, considérant qu’il était en train de s’épuiser en terre inhospitalière.
Recours systématiques
Au mois de mars dernier, le collectif mobilisait 500 personnes lors d’une manifestation à Nontron, la capitale du Périgord Vert.  » N’oubliez pas que vous êtes les descendants de croquants et que les croquants sont toujours restés maîtres de leur territoire « , haranguait ce jour-là le référent CPTN 24, Jean-Emile Moreau.
Plusieurs personnalités politiques ont exprimés leur hostilité à l’éolien, comme le nouveau député Modem de la troisième circonscription, Jean-Pierre Cubertafon : « Je ne peux imaginer que notre cadre de vie soit défiguré par des parcs éoliens d’autant que la santé et la quiétude des habitants pourraient être menacées tout comme la faune « , a-t-il répondu lorsqu’il a été invité à se positionner.
En début d’année, le Conseil Départemental de la Dordogne exprimait aussi au travers d’une motion ses réserves :  » Le nombre d’élus qui prennent position est assez remarquable. C’est une force « , se satisfait Thierry Bonne.
Une bataille plus discrète (en tout cas moins photogénique) se joue dans les prétoires. Le moindre arrêté préfectoral favorable à un développeur fait systématiquement l’objet d’un recours.
 » Ailleurs, ça vaut le coup « 
Le mois dernier, Force Périgord a rallié à son combat la Sepanso Dordogne, Les Vieilles Maisons françaises de Dordogne, la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France, l’association Sites en Périgord, l’Association des chasseurs d’oiseaux migrateurs.
 » Il y a des endroits où ça vaut le coup et le coût, ce n’est pas le cas de la Dordogne « , considère Gé Kusters, le président du Syndicat de l’hôtellerie de plein air du département. Cette structure compose aussi cet attelage pour le moins hétéroclite. « Je pense que les développeurs tentent de s’installer là où il y a peu de monde et donc moins d’opposition. »
Un point de vue qui arrache toujours des soupirs chez les concernés.  » Du fait de la législation, on est forcément amené vers des secteurs plus isolés « , défend un chargé d’études. Isolés mais pas dociles. C’est que beaucoup ne ménagent pas leur peine pour le démontrer.
Un permis accordé
Au début du mois de juillet, ABO Wind a obtenu le permis de construire pour cinq éoliennes sur les communes de Saint-Aulaye-Puymangou et Parcoul-Chenaud. Jamais un projet n’a atteint ce stade de développement dans le département. Mais deux autorisations sont toujours nécessaires : une pour exploiter une installation classée pour la protection de l’environnement et une dérogation à l’interdiction de destruction d’espèces protégées. Des obstacles difficiles à négocier, avec des opposants aux aguets.
—————————————————————————————————–
Suite à cet article, voici un commentaire de Thierry Bonne, président d’ASSO 3D
Bonjour,
Veuillez trouver ci-joint un article de Sud Ouest (édition régionale) du 30 août 2017 titrant à la une « Les Astérix de l’éolien en Périgord », en pages 8 et 9 « L’éolien face aux croquants » et sur la version numérique « En Dordogne, la redoutable et efficace opposition des anti-éoliennes ».
Commentaire :
Dans cet article, le journaliste met en valeur l’ « efficacité » de l’opposition.
Il aurait pu tout aussi bien décrire la technique très rodée des développeurs éoliens : les riverains ne sont jamais contactés ; la population est informée le plus tard possible ; une fois le projet connu, un simulacre de concertation avec la population est organisé avec des « permanences » qui ventent le projet déjà bouclé ; la plupart des commissaires enquêteurs « sont là pour faire passer le projet » ; les décisions de refus sont systématiquement attaquées au Tribunal administratif y compris pour les projets les plus contestables.
Il aurait pu ajouter les raisons pour lesquelles le grand éolien n’a pas sa place en Périgord : le vent n’y est pas assez fort ; l’habitat y est disséminé ; ses paysages contribuent à la principale ressource du département, le tourisme ; dans le 3e département le plus boisé de France, les éoliennes contraignent l’intervention des Avions Bombardiers d’Eau dans la lutte contre les incendies de forêt malheureusement fréquents ; le Périgord est aussi traversé par un couloir migrateur majeur et est propice à de nombreuses espèces protégées.
Cordialement,
Thierry Bonne
ASSO3D

 » Très chères éoliennes ! « 

Article tiré du FIGARO du 28-08-2017…

 

Denis de Kergorlay : «Très chères éoliennes ! »

Mis à jour le 28/08/2017 à 07h12 | Publié le 27/08/2017 à 17h52

 

TRIBUNE – Pour le président exécutif d’Europa Nostra*, les éoliennes non seulement détruisent le patrimoine, mais sont inutiles d’un point de vue climatique et très coûteuses pour les investisseurs comme pour les consommateurs.

La polémique autour de la multiplication des éoliennes sur le territoire français ressemble à une version contemporaine de la querelle entre «anciens» et «modernes».

Se réclament des «modernes» toutes celles et tous ceux qui, s’étant engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique, souhaitent une transition énergétique qu’assureraient des énergies renouvelables (éolien, solaire, biomasse…).

Se retrouvent catalogués au rang des «anciens» (voire des obscurantistes…), pêle-mêle, les climatosceptiques, les défenseurs du nucléaire, ainsi que les défenseurs des paysages et des monuments historiques. Et si, pour une fois, on parlait faits et chiffres, sans fantasmes ni parti pris idéologiques?

L’atteinte aux paysages ou aux monuments est indéniable et croît de manière exponentielle.

Quelques exemples: à Coutances (Manche), une éolienne a été implantée à 3 kilomètres de la cathédrale, merveille du gothique ; à Avignonet (Haute-Garonne), douze engins, dont certains à 750 mètres seulement, se profilent derrière le clocher octogonal du XIVe siècle ; les vieilles pierres de Saint-Jean-d’Angély (Charente-Maritime), dont l’abbaye royale est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, souffrent du voisinage de cinq engins…

Avant vingt ans, les campagnes françaises auront cessé d’être des campagnes. Le cadre de vie des Français aura été bouleversé, sans débat démocratique préalable sur ce sujet.

Et ce n’est qu’un début. Dans le parc naturel régional du Haut-Languedoc, riche en points de vue remarquables, il a été décidé d’implanter jusqu’à trois cents engins, et les derniers projets tendent à dépasser ce chiffre. À quoi bon créer des parcs naturels, si c’est pour les rendre industriels?

Le préfet des Ardennes vient d’autoriser 63 éoliennes de 200 mètres de haut (chacune représentant deux tiers de la tour Eiffel!) à une trentaine de kilomètres de Reims.

Si l’on continue à ce train, avant vingt ans, les campagnes françaises auront cessé d’être des campagnes. Le cadre de vie des Français aura été bouleversé, sans débat démocratique préalable sur ce sujet, puisque ni les enjeux ni les alternatives possibles n’auront jamais été clairement exposés et débattus.

À entendre les «modernes», ces considérations relatives au riche patrimoine culturel de notre pays sont de peu de poids au regard de la nécessité de réduire les émissions de CO2.

Bien évidemment, il faut les réduire, mais ne nous trompons pas de cible: en France, les éoliennes n’ont aucun rôle significatif à jouer dans ce combat, et c’est autrement qu’il faut agir.

En France, en effet, la part de notre électricité issue de sources fossiles est déjà très faible (sans doute de 3 % à 4 % l’an prochain) et ne peut tomber plus bas, compte tenu de la nécessité de compenser l’extrême irrégularité de la production éolienne.

Compte tenu en effet de l’intermittence du vent, ces machines ne fonctionnent en moyenne, sur l’année, qu’à 24 % de leur puissance.

L’implantation de nouvelles éoliennes, loin d’abaisser encore cette proportion, ne pourrait que la relever. Compte tenu en effet de l’intermittence du vent, ces machines ne fonctionnent en moyenne, sur l’année, qu’à 24 % de leur puissance (les 76 % restants correspondant aux arrêts et aux ralentis).

Pour assurer aux consommateurs une alimentation relativement régulière, les éoliennes doivent nécessairement être couplées avec des turbines à gaz, qui émettent du CO2… Le diable, décidément, se niche partout!

Le vrai motif du développement éolien est en réalité de compenser la baisse de la production nucléaire d’électricité, dès lors que l’objectif politique constant, de Hollande à Macron, est de faire passer celle-ci de 75 % de la production totale à 50 % d’ici à 2025, objectif clairement indiqué dans la loi de transition énergétique votée en 2015.

Mais ce qui reste méconnu de l’opinion publique, c’est le coût réel d’un tel choix. L’investissement nucléaire, réalisé dans les années 1970, est largement amorti. Comme le montre notamment l’exemple des États-Unis, la vie de ces centrales peut être prolongée d’une vingtaine d’années, voire davantage, par des travaux dits «de grand carénage», nécessaires pour renforcer encore la sécurité.

Si l’on renonce à cette prolongation pour un tiers des outils existants, en leur substituant, comme l’indique la loi sur la transition énergétique de 2015, des installations éoliennes et accessoirement photovoltaïques, cela coûtera, en termes d’investissement, un surplus de 93 milliards d’euros (estimation par un groupe d’experts indépendants sur la base de celle de la Cour des comptes).

Encore ce chiffrage laisse-t-il de côté un élément fort important: dans le cas des centrales actuelles, le réseau de transport du courant est en place, tandis que pour desservir les 17.000 grandes éoliennes supplémentaires qui résulteraient de l’application de la loi sur la transition énergétique, il serait nécessaire de déployer de nouvelles lignes à haute tension dans tout le pays, avec le cumul d’inconvénients que l’on connaît, paysagers, sanitaires, financiers.

Au lieu d’affecter des dizaines de milliards d’euros à ces milliers d’éoliennes, la France aurait tout intérêt à consacrer cet argent au financement de vrais projets de réduction des rejets de CO2.

À qui appartiendrait-il de supporter cet énorme surcoût?

Comme d’habitude, à chaque consommateur final d’électricité, c’est-à-dire chacun d’entre nous, par le biais, d’une part, de la CSPE qui figure au bas de nos factures d’électricité et augmente sans cesse, d’autre part, de prélèvements nouveaux, déjà décidés, sur tous les combustibles et carburants.

Le président Emmanuel Macron a annoncé un doublement du nombre des éoliennes durant son quinquennat. En pratique, cet objectif est déjà atteint, du fait des implantations décidées avant son élection, qui seront mises en service d’ici à 2022.

Il s’agit donc de «coups partis», dont les consommateurs ne pourront malheureusement pas éviter de faire les frais. Le véritable enjeu, ce sont les engins supplémentaires que l’on voudrait décider à partir de maintenant, d’une grande hauteur, et en très grand nombre, pour une mise en service après 2022.

C’est ce gigantesque gaspillage aujourd’hui programmé qu’il faut absolument éviter.

Au lieu d’affecter des dizaines de milliards d’euros à ces milliers d’éoliennes, la France aurait tout intérêt à consacrer cet argent au financement de vrais projets de réduction des rejets de CO2, tels que l’isolation des bâtiments, la promotion de la voiture électrique ou hybride, la promotion, à l’exemple de pays d’Asie, des scooters électriques et la recherche-développement dans d’autres secteurs d’énergies renouvelables comme la filière bois, la biomasse industrielle, la récupération de la chaleur des eaux usées…

La taxe carbone, aujourd’hui à l’étude, aurait l’avantage de frapper le CO2 là où il est effectivement dégagé, notamment dans les transports et le chauffage des bâtiments, plutôt que de continuer à le chercher dans la production d’électricité, alors qu’il n’y est plus que de manière résiduelle.

Les prochains mois seront sans doute décisifs.

Allons-nous amplifier le gâchis éolien actuel, par habitude, par idéologie et/ou par prévarication, ou bien serons-nous capables de mener un combat courageux, efficace et technologiquement d’avant-garde contre la dégradation du climat?

Désormais il faut choisir, la France n’ayant pas les moyens de faire les deux à la fois.

La fédération européenne des associations de protection et de mise en valeur du patrimoine culturel.

ZONING INDUSTRIEL EOLIEN

Un nouvel article de « Friends against wind »

Ca se passe en Belgique et…une fois de plus, l’installation d’éoliennes industrielles est une véritable catastrophe !…

Zoning industriel éolien

« La situation est absurde, elle est surtout scandaleuse, car une technologie qu’on nous dit « verte » et « inoffensive », contraint les citoyens à abandonner leur bien, leur tranquillité et leur qualité de vie ! »

Bonjour à toutes et à tous,

Voici le témoignage de Rose-Line qui habite en Belgique, daté du 4 août 2017 :

http://fr.friends-against-wind.org/testimonies/zoning-industriel-eolien

Bien cordialement, Dominic Mette


Ensemble contre les éoliennes

www.friends-against-wind.org

1000 mètres entre les éoliennes et les habitations

1 000 mètres entre les éoliennes et les habitations

Proposition de loi de M. Marc Le Fur visant à exiger une distance minimale de 1 000 mètres entre les éoliennes et les habitations, les immeubles habités et les zones destinées à l’habitation.

Bonjour à toutes et à tous,

Cette proposition de loi, déjà déposée en mai 2017, vient d’être déposée à nouveau le 8 août 2017 et renvoyée à la la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire :

Cliquez sur le lien ci-dessous pour voir cet article :

http://fr.friends-against-wind.org/justice/1000-metres-entre-eoliennes-et-habitations

 

 

Bien cordialement, Dominic Mette

Ensemble contre les éoliennes
www.friends-against-wind.org

 

 

 

La Guerre des Éoliennes

Avec les 3 projets éoliens en cours d’étude dans notre Territoire, (Milhac-de-nontron, Saint-Saud Lacoussière, Saint-Jory-de-Chalais et maintenant Firbeix) distants de 4 à 5 kms à vol d’oiseau des uns des autres, voici le résultat (en vidéo enregistrée par la 1ère chaine de télévision allemande) de ce que va devenir le Périgord Vert Nontronnais dans quelques années si la population ne prend pas conscience du risque qu’elle prend en ne s’interrogeant pas à qui profite le développement de ces énergies du vent.

Manifestation de La Bussière : FR3 Poitou-Charentes

Une bien belle journée passée hier dans la VIENNE où VIAPL est allée soutenir des amis dans la lutte contre la prolifération des éoliennes dans leur commune et territoire.

Des personnalités de l’Association VIAPL se sont faites remarquer au cours de la journée. Félicitations soutenues et un très grand merci à notre VICE -PRESIDENT en charge de la technique entre autre, Claude, sans oublier son épouse Claudine, qui est toujours dans la recherche de la perfection (et qui y obtient beaucoup de succès) et à Marie qui a de la graine de leader pour assurer la relève.

Notre ami du Tourisme nous a révélé ses talents de commentateur​.​ C’est un très bon début.

Tout ceci est très encourageant, alors que nous venons d’apprendre la naissance d’un 3ème projet éolien à FIRBEIX porté par le promoteur VALECO (ce​ promoteur développe ​en parallèle ​le projet de CAUSSES et RIVIERES – SAVIGNAC LES EGLISES)​.

Pour plus d’informations vous pouvez venir assister à la réunion du Conseil Municipal de FIRBEIX qui se tiendra le vendredi 19 Mai 2017 à 18 heures. Le premier point à l’ordre du jour est : Présentation d’un projet éolien par la Société Valeco, de 18 h à 19h. La Convocation du Conseil Municipal est affichée à l’extérieur de la Mairie de FIRBEIX.​

 

Participez à la Manifestation de Nontron : 25 mars

Participez en très grand nombre à la manifestation de Nontron (24300) le samedi 25 mars 2017 pour montrer votre refus de voir votre environnement saccagé par des éoliennes géantes de 200 mètres de hauteur parce qu’il n’y a pas de vent ici.

Les habitants des communes où sont situés les projets éoliens n’en veulent pas. Pour preuve : + 70% des administrés de la commune de Saint-Saud Lacoussière demandent aux promoteurs éoliens ABO WIND et SOLEIL DU MIDI DEVELOPPEMENT de partir immédiatement en abandonnant leur projet.

C’est ce que réclament également les 36 associations identifiées qui défileront dans les rues de la Sous-Préfecture de Nontron le 25 mars 2017 à partir de 10 heures. Le départ est prévu Place des Droits de l’Homme, au cinéma Louis DELLUC.

Venez vous joindre à nous. Vous êtes les bienvenus.

Lire un article du journal Sud-Ouest sur la manifestation.

Abo wind and Soleil du Midi are Inept and Disingenuous

Opposition is growing to the 2 wind farm projects planned for Milhac-de-Nontron (5 wind turbines) and Saint‐Saud Lacoussiere / Saint‐Jory‐de‐Chalais (4, 200m wind turbines on the border with Miallet).

Members of the association VIAPL, helped by individuals opposed to these wind farm projects, have conducted a survey of people living in the area and have received more than 1,460 signatures from locals opposed to the implantation of wind turbines in the area.

The srongest opposition comes from the commune of Saint‐saud-Lacoussiere where more than 400 people have been identified, 166 of them from the town centre and surrounding area. Percentage wise, 100% of the inhabitants of the hamlet of Mouton are opposed; 99% in Chapelas, Bourneix, la Veyriere, la Rebiere, la Roudarie, Manaud, Larret, Mazaudet, Lage, le Pic, Maberout, Grandcoing and Vachaumard; 98% in Veyrinas, Puydoyeux, aux Farges, and la Chapelle Verlaine. The survey continues…

For other communes in or close to the proposed sites of the wind farms, more than 200 people are opposed in Miallet: 99% in les Parcs, Lacaud and Grafeuille. In Saint‐Jory‐de‐Chalais, 75 inhabitants are opposed. In Milhac‐de‐Nontron, 118 people are opposed, with 100% in Chantres, 99% in Mazeroux, Mortegoutte and le Chadeuil. Additionally, 663 people are opposed within a radius of 40 kms of the proposed wind farms.

Faced with such a strong backlash, the developers along with local politicians in favour have launched a counter attack. They have employed l’Agence Tact, an agency specialising in market research and public relations. Their objective is to convince locals that the installation of wind farms is wholly justified here in the Perigord Vert countryside.

BE WARNED
: the tactics employed by l’Agence Tact, which is funded the wind farm developers, are particularly aggressive. Below is some advice on how to avoid being taken in by them, for all locals opposed to these wind farm projects:

– Do not allow the agency to present their opinions (they are carefully crafted to trick you into changing your mind)
– Do not give them your personal details (name, address, telephone number, or email address)
– Do not sign anything under any circumstances
– Do not try to justify your opposition to the installation of giant wind turbines in your area
– Firmly refuse to engage with the agent at all
– Do not reply to any questionnaire they may present
– Simply reaffirm your opposition to these projects, including your willingness to consider legal procedings.

You should know that more and more wind farm projects in the surrounding area are being abandoned by the developers due to a lack of wind. Planned projects in Pensol, Bbeaussac, Charras, Sainte‐Orse, and Azerat have all been abandoned by the developers because they would not have been sufficiently profitable. Other projects planned for La Rochebeaucourt and Puymangou have been refused by the Préfet.

Why would there be more wind in Milhac-de-Nontron, in Saint-Saud-Lacoussiere or in St-Jory-de-Chalais than there is in nearby Pensol – or in Charras, which is only 20kms from Nontron?

Wind Farm Demonstration: 25 March in Nontron

At 10.00am, Saturday 25 March. The march starts at the cinema Louis Delluc car park, Place des Droits de l’Homme, Nontron. Car-pooling is advised due to limited parking spaces.

Have you chosen to come and live in the French countryside? The many benefits of this rural lifestyle are under threat and we need to fight to defend them. Please come and help by demonstrating peacefully with us!

To protect:
– your childrens’ health
– the lifestyles of those who live in the countryside
– peace in our villages
– the countryside and local heritage

To demand:
– the abandonment of all industrial wind turbine projects in the Dordogne and surrounding areas. Do you really want to see Nontron surrounded by 20 wind farms?
– respect for the opinion of the Dordogne departmental assembly and support for the politicians and councillors with the courage to resist pressure from wind farm developers and local politicians.

To condemn:
– the blindness of certain politicians who prefer to ignore the massive local opposition and continue to support the developers
– the deleterious effects of wind farms on health, the environment, and personal finances:
say no to false environmentalism!

This demonstration is being organised by the collectif Forces Périgord, a group of 6 associations from the Dordogne that have between them a total of 1850 members.

480-foot Wind Turbine Collapses in Ayrshire

Safety probe launched after collapse of 480-foot wind turbine in Ayrshire. The catastrophic collapse of a giant wind turbine is being investigated. A 480-foot high turbine came down in a storm – only the second windmill in Scotland to crash to the ground.

The astonishing structural failure of the £2 million machine has prompted demands for information by the community in Barrhill.The Kilgallioch wind farm is operated by Scottish Power Renewables which had failed to alert the public to the incident for SEVEN DAYS.

Read the full article…