Projet Éolien Abandonné à Blanzay

Les éoliennes ne s’étendront pas vers Blanzay ou Romagne.

Le vent des éoliennes ne soufflera pas sur Blanzay. Les singes de la célèbre vallée de Romagne peuvent en revanche dormir sur leurs deux oreilles. « Alstom demande auprès de la préfecture l’annulation du permis de construire et de l’autorisation d’exploiter. » L’explication est assez laconique, mais la décision est sans appel, les éoliennes ne verront pas le jour.

Bataille administrative et judiciaire

Rappelons les faits qui ont été au coeur de plusieurs procédures. Parmi elles, une plainte au pénal déposée par le directeur de la Vallée des Singes, Emmanuel Le Grelle, farouche opposant à ce champ éolien incompatible, selon lui, avec le bien-être des animaux et le développement de son parc animalier qui inclue la création de lodges pour héberger des visiteurs.

La plainte visait trois élus de Blanzay: Isabelle Sureaux, Jean-François Cordeau et Daniel Mérigot. Elle concernait leur participation ou leur présence à trois délibérations au début du projet alors qu’ils en étaient potentiellement bénéficiaires, en qualité de propriétaires ou conjoints de propriétaires fonciers. Délit constitué dès que des élus sont présents, en pareilles circonstances, sans qu’il soit besoin de prouver une quelconque intention de tirer bénéfice de la situation. La justice a prononcé une condamnation de principe mais refusé l’euro symbolique de dédommagement ainsi que le remboursement des frais de justice. Ni la préfecture, qui contrôle la légalité des délibérations, ni le service juridique d’Alstom n’avaient émis de signal d’alarme.

A l’heure de l’abandon du projet, les partisans du champ éolien stigmatisent un gâchis financier en études et études complémentaires ainsi qu’un manque à gagner pour les communautés de communes à l’heure où les subventions d’État se réduisent inéluctablement. L’hypothèque qui pesait sur le développement de la Vallée des Singes est en revanche levée.