VOTONS POUR LA FIN DES SUBVENTIONS DANS L’ÉOLIEN !…

Je relaye ici un message de Thierry Bonne, d’Asso 3D, qui nous invite (en cliquant sur le lien internet contenu dans le message) à aller sur le site du CESE (Conseil Économique Social et Environnemental) et à voter pour une proposition de suppression des subventions dans l’éolien. Il est clair que la fin des subventions dans l’éolien mettrait fin … à l’éolien lui-même !!!…

Tous à vos claviers… Le but étant d’obtenir un maximum de vote pour cette proposition.

NB – Attention… La date limite pour le vote est fixé au 4 janvier 2019.

Voici le message :

Bonjour,

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a lancé le 15 décembre 2018 une consultation en ligne, ouverte aux citoyens « avec ou sans gilet jaune ».

Une proposition de suppression des subventions dans l’éolien a été déposée le 15 décembre 2018 par Louis Marin.

Nous vous remercions de voter pour cette proposition et de la relayer au plus grand nombre.

Objectif : un record de vote pour cette proposition  https://participez.lecese.fr/projects/avec-ou-sans-gilet-jaune-citoyennes-et-citoyens-exprimez-vous/collect/depot/proposals/fin-des-subventions-dans-leolien

Calendrier :
– Dépôt : 15 déc. 2018 – 4 janv. 2019
– Analyse et synthèse des contributions : 5 janv. 2019 – 15 janv. 2019
– Réflexion du CESE : 16 janv. 2019 – 31 mars 2019
– Vote de l’avis : 1 mars 2019 – 31 mars 2019

——————————————————————————————————————-

PS- Comme vous le constaterez, avant de pouvoir voter, il faut d’abord s’inscrire sur le site et confirmer son adresse mail.

LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE COÛTE (DÉJÀ) 50 MILLIARDS PAR AN !…

Article de Michel GAY tiré de Contrepoints du 21-12-2018.

Bonne lecture…et Bonnes Fêtes de fin d’Année !…

———————————————————————————————————————-

La transition écologique coûte (déjà) 50 milliards par an

L’impasse technique et financière des énergies renouvelables était prévisible et prévue. Mais il semble impossible aux élus de la République de s’opposer à une idée dans l’air du temps.

Par Michel Gay.

La transition écologique, et notamment la transition énergétique fondée sur l’éolien et le photovoltaïque, est une grande illusion qui coûte aux Français plus de 50 milliards d’euros par an, via des taxes environnementales. Cette somme colossale n’est d’aucune utilité pour le climat. Elle sert principalement à enrichir des lobbies, voire parfois des mafias… Le tableau récapitulatif des « principales » taxes environnementales (ce qui laisse supposer qu’il y en a d’autres) est livré à la suite de cet article.

La pensée magique et l’illusion

Il s’agit d’une de ces périodes bizarres et récurrentes de l’Histoire où un peuple entier est séduit par la pensée magique d’une poignée d’idéologues sourds et aveugles… jusqu’à se réveiller brutalement (Gilets jaunes) devant les réalités.

Dans les années 1970, des millions de personnes ont vu Uri Geller tordre des cuillères par la seule force de sa pensée. Cette mystification mondiale a duré jusqu’à ce que James Randi, un démystificateur de phénomènes paranormaux, puis Gérard Majax en 1986, révèlent les astuces et trucages du magicien.

James Randi avait alors déclaré : « Je suis opposé à tous les charlatans. Une illusion est une illusion et il faut le dire« .

Malgré ces révélations, beaucoup de crédules, y compris des scientifiques, ont continué à croire aux pouvoirs surnaturels de Geller. En 2008, Uri Geller admettra qu’il n’était qu’un illusionniste qui voulait faire du show.

Daniel Hillis, un scientifique américain, également magicien amateur a expliqué pourquoi certains scientifiques peuvent être particulièrement naïfs devant les Geller et autres charlatans qui sévissent dans le monde : « Meilleur est un scientifique, plus il est facile de le tromper. Les scientifiques sont méthodiques et honnêtes. Ils ne savent pas jusqu’à quel point certains magiciens peu scrupuleux s’abaissent pour les berner. Ils ne sont pas entraînés à la tromperie délibérée« .

L’histoire se répète

Des millions de personnes croient aux affirmations de bonimenteurs vantant les capacités mirifiques des énergies renouvelables censées succéder aux énergies fossiles.

Résultats :

– des lobbies, voire des mafias, se sont enrichis grâce aux généreuses subventions publiques en France et en Europe ;

– des peuples entiers se sont appauvris comme en Espagne, en Italie, en Allemagne, et bientôt aussi en France ;

– des rentiers se sont ruinés dans des investissements hasardeux qui se sont terminés par de retentissantes faillites de sociétés éoliennes et photovoltaïques, surtout en Allemagne. Cette dernière s’interroge sur sa désastreuse expérience des EnR après avoir engagé des centaines de milliards d’euros.

Malgré les avertissements de l’Académie des sciences, des élus intoxiqués par la propagande antinucléaire, et déconnectés de la réalité, continuent à croire en ces chimères.

La réalité du désastre économique du développement des éoliennes et des panneaux photovoltaïques est maintenant établie partout en Europe, y compris en Pologne, le pays d’accueil de la grande messe annuel sur le climat (COP 24).

Pourtant, ce constat ne leur saute toujours pas aux yeux et leur persévérance dans la bêtise confine à l’entêtement idéologique.

Il est vrai que la loi de Brandolini (un informaticien italien) stipule que « la quantité d’énergie nécessaire pour réfuter une idiotie est supérieure d’un ordre de grandeur à celle nécessaire pour la produire ». Une réfutation sérieuse ne peut se faire en une seule phrase. Il faut expliquer et référencer. C’est aride, barbant, long et compliqué.

De plus, le courageux qui tente d’apporter du bon sens et des faits vérifiables est souvent soupçonné d’être lui-même un lobbyiste, de défendre son pré carré, ou de ne pas « penser à nos enfants ».

Une impasse technique et financière

L’impasse technique et financière de ces énergies renouvelables était prévisible et prévue. Mais il semble impossible aux élus de la République de s’opposer à une idée dans l’air du temps, surtout si elle offre du rêve à leurs électeurs. Pour les flatter, ils ont envie de croire à ce conte de fée enjolivé par des idéologues et des commerciaux.

Vivre du soleil et du vent ! En voilà une bonne idée ! Surtout si on y ajoute un peu d’amour et d’eau fraîche… C’est quand même plus simple à expliquer, plus valorisant à promouvoir, et plus séduisant que le nucléaire si compliqué.

Malheureusement, l’ensemble des lois de la physique, c’est-à-dire la simple réalité, a toujours été impitoyable pour les rêveurs.

Ce projet insensé de transition énergétique reposant principalement sur l’éolien et le photovoltaïque, est une aberration technique avec un coût inaccessible qui se traduit déjà en drames financiers et humains.

La véritable transition énergétique en France commence par l’arrêt de cet immense gâchis et par mettre en place une société décarbonée fondée sur l’électricité nucléaire qui succédera progressivement aux énergies fossiles dans les logements et les transports.

L’aventure folle et sans issue du développement de l’éolien et du voltaïque qui a déjà englouti plusieurs dizaines de milliards d’euros en pure perte, retarde le financement de véritables moyens productifs d’avenir par effet d’éviction.

Cette fascination mortelle pour les énergies renouvelables (hors barrages) est la grande illusion mortifère de ce début du siècle.

Les principales taxes environnementales en 2016
Nom de la taxeRecettes 2016 (en millions d’euros)Classification Eurostat
Taxe intérieure sur la consommation de produits énergétiques (TICPE)28 456Énergie
Contribution au service public de l’électricité (CSPE)8 264
Taxes locales sur l’électricité1 588
Imposition forfaitaire sur les entreprises de réseaux (IFER)1 592
Taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel (TICGN)1 104
Autres taxes énergétiques1 310
Taxe sur certificats d’immatriculation (cartes grises)2 187Transport
Taxe additionnelle sur les assurances automobiles996
Taxe due par les concessionnaires d’autoroute599
Taxe sur les véhicules de société542
Taxe de l’aviation civile410
Autres taxes sur les transports1 167
Redevances pollution eau1 960Pollution
Taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) (déchets, pollutions atmosphériques…) hors TGAP carburant654
Redevances prélèvement eau385Ressource
Autres taxes sur les ressources22
Total (champ Eurostat)51 235
Taxe et redevance d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM et REOM7 384Hors champ Eurostat
Source : tome I des voies et moyens du projet de loi de finances 2018, données de la direction générale des douanes et droits indirects.

DERNIÈRE MINUTE…TOUS À BOURDEILLES LE JEUDI 13 DÉCEMBRE !…

Germinal PEIRO sera demain, jeudi 13 décembre, à 18h, à la Salle des Fêtes de Bourdeilles. Même si le Conseil Départemental n’est pas décideur en matière d’autorisation de projets éoliens, c’est l’occasion de faire entendre notre point de vue sur le dossier « Implantation d’éoliennes industrielles géantes dans nos campagnes »…

jeudi 13 décembre 2018, 18h

Salle des fêtes, Bourdeilles

Germinal Peiro, président du Conseil départemental et les élus départementaux se rendront sur l’ensemble du territoire pour une série de rencontres citoyennes afin de présenter, à mi-mandat, la politique mise en œuvre par la majorité départementale et les actions à venir. Les dix premières rencontres auront lieu du 4 octobre au 13 décembre, les suivantes seront organisées à partir du mois de mars 2019. Ces rencontres seront suivies par un apéritif autour de produits locaux.

SIGNONS TOUS LA PÉTITION DE LA FED !…

L’étau se resserre encore un peu plus pour nous et les derniers décrets et projets de décrets font la part de plus en plus belle aux promoteurs éoliens…

Signons tous la pétition de la FED !…

A quand une manif en « Nouvelle Aquitaine » ?…

Paris le 10 décembre 2018
>
> PÉTITION NATIONALE FED
>
> Suite à l’annonce du Président de la République Emmanuel Macron de tripler le nombre d’éoliennes terrestres et de le  porter à 24.000 contre 8.000 actuellement
Nous sollicitons votre signature pour dire NON  aux  décrets liberticides de François de Rugy, instituant une justice d’exception pour les éoliennes, portant  un coup mortel à l’ensemble des associations loi 1901 et privant les citoyens du droit fondamental de se défendre gratuitement en justice en première instance aux Tribunaux administratifs.
>
> Cliquez ici pour aller sur le site de la pétition FED ( une fois que vous avez signé, vous recevrez un mail pour confirmer votre signature avecun lien 
> N’oubliez pas de cliquer sur ce lien, pour que votre signature soit prise en compte)
>
> Rappel
> Communiqué de presse de la Fédération Environnement Durable 
> Paris le 4 décembre  2018    

>
> ÉOLIEN TERRESTRE SUPPRESSION DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS (TA)A l’heure où les Français réclament plus de démocratie, d’égalité, de justice et de transparence, François de Rugy, Ministre d’État, ministre de la Transition écologique fait le contraire et il les méprise.
>
>Par un décret, précédemment étudié par la commission Lecornu et  publié  le 1er décembre 2018(1) , il  institue une justice d’exception en privant les citoyens du droit fondamental de se défendre gratuitement en justice en première instance aux Tribunaux administratifs contre l’installation d’ éoliennes.
>
>Pour les éliminer totalement, le décret stipule en plus que la durée légale sera réduite de 4 mois à 2 mois, pour qu’ils n’aient même plus le temps d’étudier le dossier du «permis de construire simplifié » signé par le Préfet et baptisé « autorisation unique » .    
>
> Ce décret liberticide, non démocratique, est contraire aux valeurs de la République et il constitue une atteinte fondamentale aux droits des associations loi 1901.
>
>Il  fait suite aussi à  la décision de François de Rugy de supprimer les enquêtes publiques, et  démontre que,  face à l’exaspération de victimes de ces machines,  au lieu  de les écouter, sa seule réponse est de  les museler définitivement.    
>
> Ce décret complète les  annonces du Président de la République, Emmanuel Macron, qui a décidé de multiplier par trois le nombre d’implantation d’éoliennes terrestres dans les territoires ruraux, soit 18.000 nouvelles machines.      
>
> Comment le gouvernement peut-il vouloir instituer une « société de confiance » et de solidarité en réduisant les droits des associations et des citoyens sur des projets ayant une incidence sur leur vie quotidienne et leur environnement ? 
>
> La Fédération Environnement Durable a décidé de déposer des recours juridiques notamment en Conseil d’Etat pour faire annuler ce décret.  Elle appelle  toutes associations et les citoyens à la rejoindre dans ce combat.          
>
> La régression irréversible de l’environnement et des droits fondamentaux est  « En Marche ».           
>
> Contact presseJean-Louis Butré       
> contact@environnementdurable.net
> 06 80 99 38 08

Cet email contient des images , si vous ne les voyez pas ouvrez votre navigateur internet et copiez le lien de cette page

UN DÉCRET SIGNÉ TOUT EN CATIMINI…, QUI BAFOUE LA DÉMOCRATIE !…

Extrait du journal « Valeurs Actuelles » et publié par la FED, un article à propos de ce décret assassin publié (en catimini) le 1er décembre (et oui en plein mouvement des « Gilets Jaunes » qui réclament plus de démocratie !… merci François de Rugy !!!)

ouvrez votre navigateur internet et copiez le lien de cette page



 LETTRE D’INFORMATION :  8 décembre 2018 

Gilets jaunes : Ce décret signé en douce qui bafoue la démocratie
Par Mickaël Fonton
Publié le 05/12/2018 à 16:29 
En pleine crise des gilets jaunes, le gouvernement a décidé de compliquer encore davantage la vie de ceux qui s’opposent à l’implantation de nouveaux parcs éoliens dans les campagnes. Un déni de démocratie.

S’il y a des gilets jaunes  qui, dans leurs campagnes, subissent les nuisances d’éoliennes et, après les promesses de Macron d’en tripler le nombre, redoutent d’en voir s’installer d’autres, la nouvelle suivante risque fort de décupler leur colère : par un décret publié au Journal officiel le 1er décembre – oui, le 1er décembre, il y a quatre jours, alors que les manifestants étaient plutôt en droit d’attendre un geste d’apaisement du gouvernement – François de Rugy vient de couper aux citoyens le moyen le plus simple de manifester leur opposition à tout nouveau projet d’implantation.
A l’heure où, par milliers, ces habitants des campagnes s’évertuent à réclamer un peu plus de démocratie, d’égalité, de justice, en un mot un peu plus de considération, un Ministre d’État fait exactement le contraire et leur dit, en substance : «vous n’en pouvez plus des travaux, des pylônes, des pales, des câbles électriques ? Eh bien vous en aurez d’autres, et vous n’y pourrez rien ! » Si ce n’était pas si tragique, on songerait à la réplique de l’infâme Salluste, dans La folie des grandeurs : « la récolte a été très mauvaise, alors il faut payer le double ! » 
La forfaiture, évidemment, a pris le langage du droit, de la technique. Il faut être juriste, conseiller d’État ou spécialiste du sujet pour la déceler. C’est encore un acte de mépris du gouvernement, qui sait bien que les gilets jaunes n’ont ni le temps, ni les moyens de décrypter ce genre de littérature. Que dit donc ce décret ? Deux choses très simples : que les Tribunaux administratifs ne seront plus compétents pour juger des recours contre l’implantation d’éoliennes (article 23). Il faudra désormais passer par les Cours d’appel – qui sont souvent plus éloignées et qui, surtout, sont payantes. Une façon de tordre le cou aux petites associations locales, majoritairement démunies. 
Et que, pour plus de précaution, le délai légal de protestation sera ramené de quatre mois à deux (article 24). Il faudra donc aller très vite pour étudier les centaines de pages du dossier du permis de construire et, éventuellement, décider d’engager la bataille. On souhaite bon courage aux maires ruraux et à leurs administrés. Dans l’affrontement du David citoyen contre le Goliath des marchands de vent, le gouvernement a décidé que David se battrait à mains nues et les pieds entravés. Telle est, sans doute, sa conception d’une transition écologique « juste » et « solidaire ».  

 » Je ne sais pas si c’est de l’inconscience ou de la provocation, fulmine Jean-Louis Butré, président de la Fédération environnement durable (FED). La seule réponse du gouvernement face à l’exaspération de victimes de ces machines est de  les museler définitivement. J’ignore où va aller le mécontentement qui traverse actuellement le pays mais quand je vois que je dois calmer mes propres militants, qui ne sont pas des énervés, je me dis que ça peut aller très loin. Une chose est sûre : nous allons nous battre comme des chiens »
CordialementJean-Louis Butré
PrésidentFédération Environnement Durable
http://environnementdurable.net  
contact@environnementdurable.net
tel 06 80 99 38 08

APPEL À UN MORATOIRE GÉNÉRAL ET IMMÉDIAT SUR L’ÉOLIEN TERRESTRE !…

Un appel plus que justifié de nos amis de « Vent de Colère »… appel qui a tout le soutien de VIAPL !…

——————————————————————————————————————-

Vent de Colère ! 3 décembre 2018 France

Appel à un moratoire général et immédiat sur l’éolien terrestre

Le triplement de la puissance éolienne installée conduirait à l’implantation, sur les sites existants et sur de nouveaux, d’environ 15 000 machines industrielles gigantesques dans les espaces naturels et agricoles qu’une démarche écologique devrait au contraire protéger.

Moratoire sur l’éolien

Communiqué de presse de Vent de Colère !

Vent de Colère !
Fédération Vent de Colère !

La Fédération Vent de Colère qui milite depuis 15 ans pour que la transition énergétique ne se fasse pas au détriment des habitants, des paysages et de l’environnement, prend acte avec satisfaction de plusieurs éléments annoncés par le Président de la République dans son discours du 27 novembre dernier relatif à la stratégie et à la méthode pour la transition écologique, en particulier :

  • la volonté de concertation, le souhait que toutes les associations intéressées puissent participer,
  • l’affirmation que la transition ne devait pas se faire à n’importe quel prix, mais qu’elle doit prendre en compte les sensibilités et une logique paysagère,
  • le refus d’une transition écologique qui rendrait encore plus difficile la situation des habitants des zones rurales ou périurbaines,
  • l’affirmation que la transition écologique doit se faire avec le souci des dépenses publiques et du pouvoir d’achat des français : « L’Europe de l’énergie, ce sont des factures allégées pour tous les Français. ».

Dans ces conditions, l’association Vent de Colère est stupéfaite que le Président de la République annonce dans le même discours un triplement de l’éolien terrestre à l’horizon 2030. Cet objectif est en effet en contradiction totale avec la plupart des points évoqués plus haut.

Il faut rappeler que l’éolien :

  • est inefficace car peu productif: malgré tous les avantages et les subventions reçues depuis 20 ans qui ont représenté près de 10 milliards d’euros, l’électricité produite par les éoliennes ne représente que 4,5 % de la production électrique totale de la France,
  • est inefficace car sa très forte intermittence ne permet pas le fonctionnement normal d’une économie moderne,
  • est inefficace contre le CO2 comme le montre l’exemple de l’Allemagne où la production électrique est 8 fois plus polluante qu’en France,
  • est inutile car la production d’électricité française est globalement excédentaire,
  • est coûteux, 1,1 milliard d’euros de subventions reçues en 2017, prélevées sur la taxe sur les carburants routiers ! Et le projet de PPE prévoit d’augmenter encore ces subventions !
  • est destructeur de l’environnement et du cadre de vie des français : souvent trop proche des villages ou ailleurs en crête, en forêt, dans les parcs naturels régionaux. De nouveaux projets proposent de construire des éoliennes de 245 mètres de haut alors que la distance minimum légale aux habitations reste 500 mètres.

Le triplement de la puissance éolienne installée conduirait à l’implantation, sur les sites existants et sur de nouveaux, d’environ 15 000 machines industrielles gigantesques dans les espaces naturels et agricoles qu’une démarche écologique devrait au contraire protéger.

La Cour des Comptes dans un rapport de mars 2018 dénonce le coût exorbitant et l’inefficacité des énergies renouvelables intermittentes que sont l’éolien et le photovoltaïque. Elle demande un rééquilibrage des soutiens vers les EnR thermiques. L’association Vent de Colère appelle donc le nouveau Haut Conseil au Climat à suivre ces sages recommandations et à demander un moratoire général et immédiat sur l’éolien.

Communiqué de presse de Vent de Colère !

LE  » DÉCRET LECORNU  » EST FINALEMENT PUBLIÉ !…

Cela devait arriver et était d’ailleurs attendu par nombre de promoteurs éoliens !…
Décret n° 2018-1054 du 29 novembre 2018 relatif aux éoliennes terrestres, à l’autorisation environnementale et portant diverses dispositions de simplification et de clarification du droit de l’environnement.

Il reste un seul niveau de juridiction et il y a cristallisation des moyens 2 mois après le 1er mémoire en défense …Le gouvernement se donne sans attendre les moyens de tripler la puissance installée… et ce n’est qu’un début !!

Voilà qui devrait décider AboWind à dégeler le projet de la Queue d’Âne…A quand l’enquête publique ?

Il va être temps de faire des dons à l’association pour que nous puissions payer nos avocats !…

 

Voici le lien pour lire ce décret :

Décret Lecornu joe_20181201_0278_0002