» Les Astérix de l’éolien en Périgord…L’éolien face aux croquants… « 

En Dordogne, la redoutable et efficace opposition des anti-éoliennes

Aucune éolienne n’a encore vu le jour dans le département périgourdin. L’opposition a la singularité d’être particulièrement structurée. Ce qui la rend redoutable.

Article paru dans Sud Ouest le 30-08-17.

 » Les Astérix de l’éolien en Périgord »
 » L’éolien face aux croquants « 
 » En Dordogne, la redoutable et efficace opposition des anti-éoliennes « 
Aucune éolienne n’a encore vu le jour dans le département périgourdin. L’opposition a la singularité d’être particulièrement structurée. Ce qui le rend redoutable.
Le Périgord, ce beau département où les développeurs de projets éoliens continuent de se casser les dents. Bien implantées en Charente-Maritime, ils affrontent en Dordogne une résistance qui, de l’aveu d’une des chefs de projets, est l’une des plus virulentes rencontrées par son entreprise, présente dans une douzaine de départements.
 » L’exception périgourdine »
« Il faut une exception périgourdine », martèle Thierry Bonne, président d’Asso 3D et coordinateur de collectif. « Du jour où on aura quelques éoliennes, on ne pourra plus empêcher d’autres projets de se monter ».
Lui et ses soutiens détestent être présentés comme des « anti-éoliens », préférant se définir comme des « pro-Périgord ». « Ces projets gigantesques sont en contradiction totale avec notre économie du tourisme qui serait mise en péril par leur aboutissement. Et il existe d’autres énergies renouvelables adaptées au Périgord que nous défendons », défend le collectif, convaincu qu’il n’existe pas ici une parcelle profitant du potentiel nécessaire.
 » On peut opposer n’importe quel argument, de toute façon, on reste les grands méchants « , se désole Cristina Robin travaillant pour ABO Wind.  » L’opposition peut être enrichissante lorsqu’elle permet de soulever des interrogations légitimes, de trouver des compromis. Là, elle est devenue systématique et de fait, contre-productive. « 
L’opposition a embrassé la stratégie de Jomini : frapper fort et vite. Dès qu’un Conseil municipal adopte une délibération autorisant une étude de faisabilité, une forte mobilisation s’applique à pousser les élus au rétropédalage. Ce fut le cas cet hiver dans le Thénonnais. A Azerat, l’assemblée communale avait, sans penser à mal, entrouvert la porte à la collecte de mesures. Elle a fini par opérer une marche arrière, tant les tensions minaient la vie de ce village de 450 habitants. Pas question de semer la zizanie pour deux ou trois aérogénérateurs. Théolia France n’avait pas insisté, considérant qu’il était en train de s’épuiser en terre inhospitalière.
Recours systématiques
Au mois de mars dernier, le collectif mobilisait 500 personnes lors d’une manifestation à Nontron, la capitale du Périgord Vert.  » N’oubliez pas que vous êtes les descendants de croquants et que les croquants sont toujours restés maîtres de leur territoire « , haranguait ce jour-là le référent CPTN 24, Jean-Emile Moreau.
Plusieurs personnalités politiques ont exprimés leur hostilité à l’éolien, comme le nouveau député Modem de la troisième circonscription, Jean-Pierre Cubertafon : « Je ne peux imaginer que notre cadre de vie soit défiguré par des parcs éoliens d’autant que la santé et la quiétude des habitants pourraient être menacées tout comme la faune « , a-t-il répondu lorsqu’il a été invité à se positionner.
En début d’année, le Conseil Départemental de la Dordogne exprimait aussi au travers d’une motion ses réserves :  » Le nombre d’élus qui prennent position est assez remarquable. C’est une force « , se satisfait Thierry Bonne.
Une bataille plus discrète (en tout cas moins photogénique) se joue dans les prétoires. Le moindre arrêté préfectoral favorable à un développeur fait systématiquement l’objet d’un recours.
 » Ailleurs, ça vaut le coup « 
Le mois dernier, Force Périgord a rallié à son combat la Sepanso Dordogne, Les Vieilles Maisons françaises de Dordogne, la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France, l’association Sites en Périgord, l’Association des chasseurs d’oiseaux migrateurs.
 » Il y a des endroits où ça vaut le coup et le coût, ce n’est pas le cas de la Dordogne « , considère Gé Kusters, le président du Syndicat de l’hôtellerie de plein air du département. Cette structure compose aussi cet attelage pour le moins hétéroclite. « Je pense que les développeurs tentent de s’installer là où il y a peu de monde et donc moins d’opposition. »
Un point de vue qui arrache toujours des soupirs chez les concernés.  » Du fait de la législation, on est forcément amené vers des secteurs plus isolés « , défend un chargé d’études. Isolés mais pas dociles. C’est que beaucoup ne ménagent pas leur peine pour le démontrer.
Un permis accordé
Au début du mois de juillet, ABO Wind a obtenu le permis de construire pour cinq éoliennes sur les communes de Saint-Aulaye-Puymangou et Parcoul-Chenaud. Jamais un projet n’a atteint ce stade de développement dans le département. Mais deux autorisations sont toujours nécessaires : une pour exploiter une installation classée pour la protection de l’environnement et une dérogation à l’interdiction de destruction d’espèces protégées. Des obstacles difficiles à négocier, avec des opposants aux aguets.
—————————————————————————————————–
Suite à cet article, voici un commentaire de Thierry Bonne, président d’ASSO 3D
Bonjour,
Veuillez trouver ci-joint un article de Sud Ouest (édition régionale) du 30 août 2017 titrant à la une « Les Astérix de l’éolien en Périgord », en pages 8 et 9 « L’éolien face aux croquants » et sur la version numérique « En Dordogne, la redoutable et efficace opposition des anti-éoliennes ».
Commentaire :
Dans cet article, le journaliste met en valeur l’ « efficacité » de l’opposition.
Il aurait pu tout aussi bien décrire la technique très rodée des développeurs éoliens : les riverains ne sont jamais contactés ; la population est informée le plus tard possible ; une fois le projet connu, un simulacre de concertation avec la population est organisé avec des « permanences » qui ventent le projet déjà bouclé ; la plupart des commissaires enquêteurs « sont là pour faire passer le projet » ; les décisions de refus sont systématiquement attaquées au Tribunal administratif y compris pour les projets les plus contestables.
Il aurait pu ajouter les raisons pour lesquelles le grand éolien n’a pas sa place en Périgord : le vent n’y est pas assez fort ; l’habitat y est disséminé ; ses paysages contribuent à la principale ressource du département, le tourisme ; dans le 3e département le plus boisé de France, les éoliennes contraignent l’intervention des Avions Bombardiers d’Eau dans la lutte contre les incendies de forêt malheureusement fréquents ; le Périgord est aussi traversé par un couloir migrateur majeur et est propice à de nombreuses espèces protégées.
Cordialement,
Thierry Bonne
ASSO3D